05 mars 2008

Gonfaron, tourné vers l'avenir

 Jusqu'à présent nous n'avons jamais répondu aux attaques de M. Orengo, car nous estimons que les gonfaronnais mérite un débat politique digne de ce nom, tourné vers l'avenir et non qui ressasse le passé.
Cependant le principal destinataire des attaques de M. Orengo ne peut se défendre, M. De Bengi, ancien maire de Gonfaron, est décédé en février 2004.

C'est pourquoi, je vous invite à vous rendre sur le site

 http://pagesperso-orange.fr/gonfaron-zoom.fr/lettres_de_mon_cabanon.htm


sur lequel tous les détails des procédures sont explicitées

M. DE BENGI  n'est pas sorti indemne physiquement et moralement de l'archarnement judiciaire dont il a été victime, mais la Cour de Cassation lui a donné raison...

Juste au passage, ce sont les contribuables qui ont payé les charges des diverses procés, perdu par M. ORENGO...

NOUS SOUHAITONS QUE M. DE BENGI REPOSE EN PAIX...

Posté par charmont à 23:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Gonfaron, tourné vers l'avenir

    monsieur de benji est décédé qu'il repose en paix et dire autant de méchanceté sur une personne qui n'est plus là pour ce défendre est un acte lâche et méprisant
    un homme ne respectant pas les personnes disparus ne peut respecter les vivants
    ce monsieur au lieu de dire des horreurs sur monsieur de benji aurait mieux fait d'améliorer le village car en 12 ans j'ai l'impression d'avoir régréssé de 20 ans avec lui
    au moins mr de benji aura fait de son mieux pour faire évoluer gonfaron là où lui n'a pas osé ou eu le courage de le faire (déjà faut il qu'il en ait)
    ne rien faire est pire que tout et monsieur vous n'avez rien fait

    Posté par alexandre, 06 mars 2008 à 14:22 | | Répondre
  • La critique est facile,mais l'art est difficile.
    Une fois de plus,l'équipe en place montre ses limites.Celui qui ne s'investit dans rien,ne prend pas de risques;encore que la critique puisse etre constructive;Ce n'est pas le cas!

    Posté par Circe, 07 mars 2008 à 06:49 | | Répondre
Nouveau commentaire